Menu Fermer

Mon Ego Trip

Tu la vois la petite fleur?
Elle qui crie ne m’arrache pas?
Et tu le vois mon petit cœur?
Celui qui hurle me déchires pas?

L’homme est parfois si vulnérable,
Qu’une simple brise, un souffle chaud
Peuvent lui suffire pour qu’il s’effondre…

Il en faut peu me direz-vous,
Y’a rien de grave me direz-vous,
Et puis après qu’est-ce que j’attends?
Pour écouter le bel enfant…

Il est bien là, il est dedans,
Dedans mon ventre, tellement présent,
Quand je l’ignore, j’l’entend crier,
Viens vite me voir, viens me trouver.

J’suis fainéant, un moribond,
Qui sait quoi faire, mais à quoi bon,
Juste une fatigue, juste un passage,
J’ai plus vingt ans, je guette l’orage…

Il y eu un temps c’était l’grand beau,
J’visualisais qu’mes idéaux,
Et la plupart sont arrivés
Par enchantement, j’les ai crées.

On a bien tous le même pouvoir,
Fuir la lumière et faire le noir,
On a bien tous les mêmes fonctions,
C’est difficile, le grand pardon?

J’entends « Freedom », c’est sur mon poste,
C’était Woodstock, y’a bien longtemps,
Ils y ont cru, c’est bien certain,
A ce futur des plus sereins…

…envie d’parler et j’suis tout seul,
Y’a un écran et un clavier,
Et puis cette voix qui s’fout d’ma gueule,
D’mon égotrip et d’ma fatigue…

J’peux pas m’arrêter là,
Sur une note tellement sombre,
Et puis… si.

Hermanito

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :